Ce que nous avons appris des vétérans et de leurs familles

Main avec un stylo écrit sur un ordinateur portable.

 

Durant notre tournée de forums publics à l’automne 2017, des thèmes ont rapidement émergé. Nos conversations avec les vétérans et leurs familles ont fait état de nombreux problèmes et préoccupations mentionnés comme étant uniques aux Forces armées canadiennes ou à la GRC, ainsi que de difficultés au sujet des communications émanant de ministères gouvernementaux axés sur le service, comme Anciens Combattants Canada, et de l’accès à leur soutien.

Forces armées canadiennes

  • On se préoccupe de la lenteur du traitement et des retards persistants en matière de pensions et de prestations, y compris les retards du premier versement de pension, l’interruption de la couverture médicale et, pour les réservistes, le sentiment d’être coupés des processus.
  • Le transfert vers des systèmes médicaux « civils » peut devenir compliqué, surtout si les dossiers sont incomplets ou manquants. En plus des longues attentes et de la difficulté à trouver des médecins de famille, ces difficultés ont une incidence sur la capacité des vétérans de remplir certains formulaires requis par ACC pour avoir accès aux avantages et aux services de ce ministère.
  • Le soutien accru lors de la transition vers la vie civile a été utile.
  • Lors d’un départ pour raisons médicales, l’information et les processus peuvent être accablants.

  •  

Gendarmerie royale du Canada

  • Les expériences de départ de la GRC ont été inégales, et caractérisées par des lacunes en matière d’information.
  • La documentation médicale manquante ou incomplète posait problème et entraîne des difficultés pour obtenir du soutien soutiens et des services d’Anciens Combattants Canada plus tard.
  • Les vétérans de la GRC étaient plus susceptibles de signaler une expérience négative s’ils avaient quitté le service pour des raisons médicales.


Anciens Combattants Canada

  • Les demandes de services et les appels demeurent généralement difficiles pour les vétérans, allant des processus en place aux délais de traitement.
  • Un éventail de modes de communication est apprécié. Par exemple, un point d’accès électronique comme Mon dossier ACC fonctionne dans certaines situations ou pour accéder à certains types d’information, mais il faut trouver un équilibre en fournissant de l’aide avec de vraies personnes.
  • Les gens font la différence : des gestionnaires de cas compétents et réceptifs ont amélioré l’expérience des vétérans avec Anciens Combattants Canada.
  • Les vétérans ont fait part de frustrations à l’égard des renseignements tardifs, absents ou contradictoires, ainsi que des exigences relatives aux évaluations et aux réévaluations multiples pour l’accès aux nouveaux programmes et aux programmes existants modifiés.

  • De nombreux vétérans ont le sentiment qu’on leur manque de respect, en raison de la difficulté du processus et du traitement. Par conséquent, ils font peu confiance à ACC.  

 

Familles

  • Les familles servent aussi, et leurs besoins en matière d’aide sont uniques. Les familles sont grandement touchées par la transition du personnel militaire vers la vie civile, et ce, d’une façon que les civils ne connaissent jamais.
  • Les familles ont mentionné un manque général de soutien et d’information sur la transition et après la libération, bien que cette situation s’améliore à certains emplacements des Forces armées canadiennes.
  • Même si des programmes sont en place, les familles font état de difficultés et d’obstacles par rapport à l’accès aux programmes malgré leurs nombreuses demandes, surtout après la libération.

 

Accédez à la version intégrale du rapport ici.

 

Les vétérans qui avaient déjà quitté les Forces armées canadiennes ou la Gendarmerie royale du Canada ont éprouvé et éprouvent toujours de nombreuses préoccupations importantes, et des difficultés qu’ils ont subies par rapport à l’accès aux services et au soutien. Une reconnaissance respectueuse de leurs préoccupations et des efforts pour réconcilier et créer des relations positives avec eux à l’avenir s’avère essentielle.

Les vétérans qui ont déjà quitté les Forces armées canadiennes ou la Gendarmerie royale du Canada font état de nombreuses préoccupations importantes, et des difficultés qu’ils ont éprouvées par rapport à l’accès aux services et au soutien. Une reconnaissance respectueuse de leurs préoccupations et des efforts pour réconcilier et créer des relations positives avec eux à l’avenir s’avère essentielle.

Il est temps de corriger la situation et de rendre honneur à ce que les vétérans nous ont dit.
 

Renseignez-vous davantage sur les projets auxquels nous avons travaillé depuis les forums publics.